Accueil > Études > Recherche > L'artiste et le curateur

L'artiste et le curateur

Associant principalement des étudiants du Master 2 "L’art contemporain et son exposition" de l’université Paris – Sorbonne (Paris IV), des étudiants en art de 5e année et des jeunes artistes diplômés de l’Ensba Lyon depuis 2014, le programme "L’artiste et le curateur" interroge le processus de l’exposition de l’art contemporain de l’intérieur, depuis sa conception jusqu’à sa médiation, en s’attachant simultanément à l’analyser en temps réel et à la mettre en œuvre à échelle 1. Principalement focalisé sur la relation et les interactions artiste-curateur, il intègre aussi les dimensions de la scénographie et de l’édition, en associant des étudiants de Design graphique et du Master Design Exposition de l’Ensba.

Au-delà de cette approche analytique et processuelle, il s’agira aussi de questionner certains présupposés ou d’aborder certains enjeux généraux de l’exposition, tels que :

-la répartition – avec ce qu’elle implique d’assignation – des rôles entre l’artiste et le curateur, aussi bien que les limites, les frontières et le sujet de l’exposition ;

-le rôle et la place de l’exposition dans le développement du travail de l’artiste, depuis sa fonction de mise en visibilité jusqu’à son rôle de catalyseur et de mise en question ;

-le rôle et la place du curateur, depuis sa fonction de commissaire, qui consiste à "commettre", du latin commitere, littéralement "mettre plusieurs choses ensemble", et donc agencer, disposer, voire écrire, mais aussi à être commis, c’est-à-dire chargé d’une certaine mission, jusqu’à son rôle proprement curatorial, qui consiste, selon l’étymologie, à prendre soin, des oeuvres et des artistes.

S’il est admis que les expositions, comme les œuvres, existent aujourd’hui non seulement par leur présence matérielle mais aussi par les discours qu’on tient sur elles, ce programme vise à appréhender le projet d’exposition sous l’aspect de l’espace d’interlocution qu’il permet d’ouvrir – et donc aussi du processus de recherche qu’il permet d’engager, tant il est vrai qu’il n’est de recherche que dans l’ouverture d’un tel espace en vue de la production de formes et de savoirs.
De cet espace, une publication portera trace, les étudiants curateurs étant conduits à écrire sur chacun des artistes présentés dans l’exposition, développant ainsi un exercice critique né des dialogues avec les artistes.

Dans la méthode et le déroulement du projet, l’accrochage et la mise en discussion des œuvres et des modalités de leur présentation joueront évidemment un rôle primordial. Les étudiants-curateurs seront invités à prendre part à quelques séances de ce type, telles qu’elles sont organisées dans le cadre du Master Art de l’Ensba Lyon, pendant lesquelles les travaux sortent de l’atelier pour être regardés dans la galerie d’essai de l’école. D’autres accrochages seront programmés, de jeunes artistes récemment diplômés, qui permettront là aussi un échange de points de vue dans l’horizon d’une exposition à construire. Afin de permettre une mise en perspective historique et une problématisation des expériences vécues, une journée d’études sera organisée au Centre André Chastel (Laboratoire de recherche en histoire de l’art – UMR 8150, implanté à l’INHA).

Articulant recherche et formation professionnalisante, approche spéculative et approche pratique, observation et action, études curatoriales et études artistiques, "L’artiste et le curateur" est un programme de recherche en acte, qui mise sur la réflexivité de la pratique, envisage l’exposition comme un processus et y révèle la porosité des concepts, l’interaction des acteurs et la labilité de leurs positions. Réunissant et confrontant les points de vue et les pratiques de jeunes auteurs en devenir, qui s’apprêtent ou ont  commencé à faire de leur recherche une profession – artistes et curateurs, mais aussi designers graphiques et designers d’exposition – il dépasse un certain nombre d’antinomies convenues et s’emploie à croiser les disciplines et les champs, au plus près du réel d’une pratique entendue comme acte de recherche.

Objectifs et résultats escomptés

L’objectif principal est de permettre aux principaux acteurs de l’exposition, les artistes et les curateurs, de questionner chacune des étapes du processus, tant conceptuelles que matérielles et techniques, d’en mesurer les enjeux et la portée, dans une approche à la fois pratique et théorique.

S’agissant d’un tel projet, le résultat se confond avec les formes de sa valorisation :

-l’exposition elle-même, qui sera présentée en juin ou juillet, dans un lieu qui reste à définir, à Lyon ou à Paris ;

-la publication accompagnant celle-ci qui, élaborée avec les étudiants de design graphique, rendra compte des diverses pistes explorées et des recherches conduites, et tiendra à la fois du journal, de l’essai et du catalogue ;

-éventuellement un film pourrait être produit à cette occasion, qui documenterait l’ensemble du projet.

Contexte de la recherche

Depuis une trentaine d’années, l’histoire des expositions s’est imposée comme un nouveau champ de recherche. S’appuyant sur la collecte de sources de première main, les études monographiques sur des expositions ou des commissaires se sont multipliées. Bien qu’il reste encore des pans entiers à étudier, ces études permettent aujourd’hui d’interroger cette histoire en termes plus problématisés mais aussi au regard de la période contemporaine. C’est l’un des enjeux de la collaboration entre la Sorbonne et les Beaux-Arts de Lyon, où ces questions qui agitent l’histoire et la critique des expositions seront reconsidérées à l’aune des pratiques artistiques les plus actuelles.

 

L'Ensba reçoit les étudiants de la Sorbonne associés au programme de recherche.
L'Ensba reçoit les étudiants de la Sorbonne associés au programme de recherche.
Visite de l'exposition Productive Contradictions par les étudiants de la Sorbonne.
Visite des Ateliers des Décines en compagnie de Diego Gugliéri.