Accueil > Recherche > L'artiste et le curateur > Équipe

Équipe

Ensba Lyon

Sarah Tritz, coordinatrice du projet

Sarah Tritz, née en 1980, est diplômée de l’Ensba Lyon. Elle n’a pas de médium de prédilection. Néanmoins, sa pratique convoque sculpture, peinture et dessin, qui s’harmonisent et s’entrechoquent dans des mises en espace précises. Ses pièces sont des reprises de formes aux origines et identités éloignées (comme une peinture rupestre et un personnage de cartoon). Afin de recopier les modèles – avec plus ou moins de fidélité – différentes techniques et matériaux sont mis en œuvre. Cette méthode de travail provoque des ruptures franches de styles et de genres, introduisant ainsi une dialectique qui permet à Sarah Tritz d’affirmer la copie comme processus de création.
Son travail a été récemment montré dans une exposition personnelle à la Fondation d’entreprise Ricard (commissariat Claire Moulène) ainsi qu’au Parc Saint-Léger en 2014 ou encore à Bétonsalon en 2008. Elle a également participé à de nombreuses expositions collectives, à Passerelle (Brest), au Centre international d’art et du paysage (Île de Vassivière), à la Galerie Édouard Manet (Gennevilliers), au Frac Limousin (Limoges), au Frac des Pays de la Loire (Nantes), à la Friche Belle de mai (Marseille), etc.

Alexandre Balgiu, collaborateur

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, Alex Balgiu conçoit des objets éditoriaux — seul ou en collaboration avec Thibaud Meltz. Avec Xavier Antin, il anime le Centre Aéré (Atelier d’études et de recherches éditoriales), espace de jeu et d’expérimentation dédié au livre et à la diffusion des connaissances. Avec Jean-Marie Courant, Katie Dallinger et Marie Proyart, il a pris part au projet éditorial Bibliothèque Générale.
Il contribue régulièrement à Tombolo — revue en ligne dédiée au design graphique et aux liens que la discipline entretient avec l’architecture, l’art, le cinéma, la littérature et la musique — ainsi qu’aux éditions Tombolo Presses. Avec Thierry Chancogne, Brice Domingues, Jérôme Dupeyrat, Catherine Guiral et Fabrice Mabime, il prend part au Crystal Maze, dispositif qui conjugue les formes et les principes de la conférence, du montage, de la projection, de l’exposition et de l’édition.
Depuis 2009, il est enseignant en design graphique à l’Ensba Lyon.

Olivier Vadrot, collaborateur

Né en 1970, Olivier Vadrot est architecte. Il est un des fondateurs du centre d’art contemporain La Salle de bains à Lyon en 1999, et en a été le principal acteur jusqu’en 2007. Dans ce contexte, il a dirigé la publication de plusieurs ouvrages pour Les Presses du Réel, principalement des monographies d’artistes et d’architectes. Associé au collectif Cocktail Designers entre 2004 et 2012 et à la galerie Triple V à Paris de 2007 à 2012, il a été pensionnaire de la villa Médicis – Académie de France à Rome en tant que  scénographe pour l’année 2012–2013.
Il collabore fréquemment avec Sébastien Roux et Célia Houdart sur des projets électro-acoustiques insitu, qui placent les spectateurs dans une situation d’écoute intime souvent inédite. Ses réalisations, qui ont pour point commun une échelle quasi architecturale, questionnent les modalités de restitution et de diffusion de l’art d’aujourd’hui, qu’il s’agisse d'œuvres visuelles, de compositions sonores ou de textes. C’est le cas par exemple du Kiosque électronique (2004), version contemporaine et nomade du kiosque à musique qui permet la diffusion de concerts dans des casques audio, du théâtre miniature de Précisions sur les vagues pour le Festival d’Avignon en 2008, de Circo Minimo (2012) un gradin circulaire escamotable destiné aux lectures publiques dans les parcs et jardins, ou plus récemment de Cavea (2016), un dispositif de conférence adaptable et nomade (commande du CNAP – Centre national des arts plastiques). Il intervient en deuxième cycle de l’option Design d’espace à l’Ensba Lyon.

 

Master Paris-Sorbonne

Claire Le Restif, coordinatrice du projet

Claire Le Restif est historienne de l’art. Depuis 2003, elle dirige le Centre d’art contemporain d’Ivry-le-Crédac. Elle organise les expositions, le cycle de conférences et dirige les éditions.
Depuis 2008, elle a mis en place Royal Garden, projet curatorial en ligne sur le site du Crédac et vient d’inaugurer en 2016 le Crédakino, espace dédié à la vidéo. Elle est professeure associée à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Isabelle Ewig, collaboratrice

Isabelle Ewig est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et directrice-adjointe du Centre André Chastel, laboratoire de recherche en Histoire de l’art (UMR 8150). Spécialiste du premier vingtième siècle et des transferts culturels entre la France et l’Allemagne, elle a publié de nombreux articles sur des acteurs de cette période (Kurt Schwitters, Paul Klee, Serge Charchoune, Amédée Ozenfant, Jacques Villon, Véra Molnar, Geneviève Asse, Soulages…) et dirigé des ouvrages collectifs sur le Bauhaus et sur les positions franco-allemandes après 1945. Elle est également l’auteur, avec Guitemie Maldonado, d’un ouvrage d’introduction à l’art moderne et contemporain (Lire L’art contemporain. Dans l’intimité des œuvres, Paris, Larousse, 2005). En 2008, elle a été co-commissaire d’une exposition sur Jean Arp ("Art is Arp", Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg et Arp Museum Bahnhof Rolandseck) dont elle a dirigé le catalogue.

Guillaume Le Gall, collaborateur

Né en 1971, Guillaume Le Gall est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il a été commissaire d’expositions sur la photographie contemporaine (Fabricca dell’immagine, Villa Médicis en 2004, Learning Photography, FRAC Haute-Normandie en 2012), et co- commissaire des expositions sur Eugène Atget (Eugène Atget, Une rétrospective, Bibliothèque Nationale de France en 2007), la photographie surréaliste (La Subversion des images, Centre Pompidou en 2009). Il a récemment publié La Peinture mécanique aux éditions Mare et Martin et dirigé les Carnets du BAL en 2014 et 2015. Ses recherches portent actuellement sur les dioramas et les aquariums du XIXe siècle vus comme dispositifs d’exposition et d’immersion du spectateur.