Accueil > Recherche > ACTH > Membres de l'unité de recherche

Membres de l'unité de recherche

Directeur de recherche

Bernhard Rüdiger

Bernhard Rüdiger est un artiste. Il enseigne à l’Ensba Lyon. Son travail sur l’espace, le son, l’expérience physique et perceptive du corps se nourrit d’une réflexion théorique sur le réel de l’œuvre et de sa responsabilité historique. Il a fondé avec d’autres artistes la revue Tiracorrendo et l’espace expérimental d’art contemporain Lo Spazio di Via Lazzaro Palazzi à Milan (1989-1993).

Artistes chercheurs (Ensba Lyon)

Yann Annichiarico

Son travail interroge la notion de nature des structures de récit. Souvent, cette notion est abordée par une focalisation sur un personnage, qui a moins une identité déterminée que des attributs qui contiennent du symbolique.

Simon Bergala

Intéressé par une conception de la peinture à la fois vitaliste et préoccupé de questions politiques ou historiques, le travail de Simon Bergala cherche à confronter les réalités urbaines actuelles à l’idéal de la cité, de l’espace public au travers de tableaux à la picturalité affirmée.

Axelle Bonnard

Axelle Bonnard, née en 1989, diplômée d’un DNSEP de l’école des beaux-arts de Lyon en 2014, vit et travaille actuellement à Paris. Son travail se construit autour de formes sculpturales reliées à l’expérience de lieux et de constructions de paysages. Axelle Bonnard cherche à concentrer dans la matière le récit d’une architecture, laissant un espace à la mémoire. La représentation est fragmentée, s’érige comme les restes d’un temps de contemplation. Chaque forme se déploie comme le seuil d’une pensée à construire, se structurant dans la confrontation entre corps et mémoire. Ces seuils sont des amorces narratives, qui retransmettent une expérience transposée dans une matérialité évocatrice.

Vincent Ceraudo

La recherche de Vincent Ceraudo se situe à la croisée de différentes histoires ; celle des idées de la magie et de l’ésotérisme d’une part et d’autre part de la science, de la vidéo et de la photographie. Avec les possibilités de l’enregistrement qu’il soit vidéo, photographique ou sonore, Vincent Ceraudo explore le degré d’incertitude qui constitue la perception de notre réalité. Il joue de manière liminale par des déplacements et essaye d’en capturer les interférences et les écarts. Fasciné par les moments où la perception du réel nous échappe ou encore par des choses qui sont tout simplement exclues de notre conception commune. Il s’agit pour l’artiste de mettre en jeu le réel et ses limites acceptables afin de brouiller les pistes entre la fiction et la réalité.

Rosa Joly

Le travail de Rosa Joly se trouve à la croisée d’influences diverses : lectures, films, promenades au bord de l’eau, errance urbaine, au gré des couvertures de livres de poche, des textes d’artistes. Sa démarche est sensible à la porosité des impressions, plus que favorable aux intrusions perturbatrices qui agacent ; comme pour attraper une mouche l’été il faut en prédire la trajectoire aléatoire.

Maïté Marra

Née en 1992 à Vénissieux, vit et travaille à Villeurbanne. Diplômée de l'Ensba Lyon en 2017, Maïté Marra interroge le regard, elle s'exprime par l'image qu'elle soit film ou photographie. Une image nourrie de préoccupations politiques où la marge et la périphérie se font l'écho des pouvoirs et des violences exercés sur les corps et les paysages. 

Artistes chercheurs associés

Émilie Parendeau

Émilie Parendeau travaille depuis 2008 à la « réactivation » d’œuvres d’autres artistes, par le biais de dispositifs ou de passantrotocoles qui les rendent possibles. Ainsi, elle questionne ce qui résonne de ces œuvres ici et maintenant – dans notre temps – alors qu’elles ont été créées dans un autre contexte.

Benjamin Seror

Benjamin Seror est titulaire d’un DSRA (Diplôme supérieur de recherche en art) soutenu à l’ENSBA en 2016. Son œuvre explore, à travers l’oralité et la performance comme possibilité de rendre « vivant » un récit ou une expérience de l’histoire, l’écart même entre récit et expérience, le pouvoir de l’anecdote, de la légende ou du mythe comme alternative à la grande histoire.

Thomas Léon

Le travail de Thomas Léon se construit à partir des outils informatiques et plus particulièrement de l’image de synthèse. Il s’incarne dans des médiums allant de l’installation vidéo à l’impression numérique, en passant par l’installation sonore ou la conception de volumes assistée par ordinateur. Thomas Léon est titulaire d’un DSRA (Diplôme supérieur de recherche en art) soutenu à l’ENSBA en 2015.

Doctorants chercheurs (CEHTA – EHESS Paris)

Jenny Lauro-Mariani

Après une année à l’Ensba Lyon, elle a obtenu le diplôme de l’EHESS sous la direction de Giovanni Careri sur « Le théâtre documentaire contemporain ». Elle mène actuellement une thèse toujours sous la direction de Giovanni Careri sur les « Paradoxes et ambivalences de la mimèsis sur les scènes théâtrales de la modernité et de la postmodernité (XXe - XXIe siècle). De William Shakespeare à Christoph Marthaler».

Philippe Rousseau

Diplômé en muséologie à l’École du Louvre, il a rencontré, au long de sa spécialisation en art contemporain, les questions engagées par la « conservation » de pratiques recentrées sur leurs fonctionnements expositionnels et institutionnels, particulièrement lors du passage de la discipline à l’évidence de sa forme actuelle, au début des années 1990 – passage de la position (culturelle, sociale, économique ou politique) de l’art contemporain du minoritaire au majoritaire.

Giovanni Careri et Bernhard Rüdiger à l'ouverture de la journée d’études "Temps, histoire, montage", novembre 2016.