Accueil > École > Présentation > Historique

Historique

Fondée en 1756 par une société d’amateurs, l’École gratuite de dessin deviendra en 1769, en vertu de l’autorisation royale de créer des académies en province, l’École Royale Académique de Dessin et Géométrie.

Par décret impérial daté du 25 janvier 1807, et signé par Napoléon Bonaparte à Varsovie, l’École déménagera au Palais Saint-Pierre (place des Terreaux). Créée pour apporter à la Fabrique lyonnaise de soierie des dessinateurs de talent, l’École d’abord royale, puis impériale et, à l’avènement de la République (1848), nationale, ne cessera de s’affirmer aux grands concours artistiques nationaux. Placée d’abord sous l’autorité de l’Académie, elle dépendra ensuite du secrétariat à l’Éducation et aux Beaux-Arts et enfin, à partir de 1959 du ministère de la Culture. Son administration a toujours été confiée à la commune de Lyon.

Installée initialement place du Change, elle déménage en 1807 au Palais Saint-Pierre place des Terreaux. En 1936, elle est transférée à l’École Textile, cours des Chartreux.
En 1948, une partie de ses ateliers est déplacée dans une ancienne caserne.
Après la démolition de la caserne, commence en 1954 la construction de l’École rue Neyret (architecte : Bellemain). Le 19 novembre 1960, elle est inaugurée, sous la direction de Jean Coquet. Lui succèderont Philippe Nahoum (1974), Guy Issanjou (1992), Yves Robert (1998), Emmanuel Tibloux (2011).

Réorganisé maintes fois au XIXe siècle et surtout au XXe siècle, l’enseignement de l’École nationale des beaux-arts de Lyon n’a cessé d’évoluer et de se diversifier au rythme des changements de la réalité artistique contemporaine.

L’École est installée depuis mars 2007 sur le site historique des Subsistances. Ancien couvent de l’ordre de la Visitation au XVIIe siècle, puis bâtiment militaire jusqu’en 1995, le site des Subsistances est constitué d’un ensemble de bâtiments de 22 000 m² et accueille désormais deux institutions qui permettent une expérience unique en France : la coexistence sur un même lieu d’une institution de formation et de recherche dédiée aux arts visuels (l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon) et d’une structure dédiée aux arts de la scène (l’association Les nouvelles subsistances).

Implantée principalement dans le bâtiment carré, l’École bénéficie de quelques 10 000 m² de locaux réaménagés afin de satisfaire aux besoins et spécificités de ses enseignements et de ses activités de recherche. Ateliers de production, amphithéâtres, bibliothèque, espaces d’expositions... permettent d’accompagner les projets des étudiants.

Décret impérial du 25 janvier 1807.
Bibliothèque de l'école, cours des Chartreux.
Le cours de décoration sur tissus, milieu du XXe siècle
Le long couloir de l'école, côté cours des Chartreux, scandé de bas-reliefs en plâtre copiant la frise du Parthénon et de quelques moulages antiques.